Étiquettes

, , , , , ,

A cela il faut encore ajouter que FB avait donné accès a la base des données
a la N.S.A. (National Security Agency, U.S.A.). Donc espionnage en temps réelle.

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Chamath Palihapitiya, ancien cadre de Facebook, lors d’un débat à San Francisco (Etats-Unis), le 19 octobre 2017. (MIKE WINDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

« Chamath Palihapitiya a travaillé comme vice-président en charge de la croissance de l’audience du groupe. Il s’interroge désormais sur les conséquences sociales et psychologiques du réseau social.

« Vous ne le réalisez peut-être pas, mais vous êtes programmés. » Longtemps, Chamath Palihapitiya a travaillé comme vice-président en charge de la croissance de l’audience de Facebook. Aujourd’hui, il a tiré un trait sur le réseau social, au point d’interdire à ses enfants de l’utiliser. Il utilise au minimum « cette merde », a-t-il expliqué lors d’un débat organisé en novembre à la Stanford Graduate School of Business, signale The Verge (en anglais). L’ancien cadre a rejoint le groupe Facebook en 2007, avant de claquer la porte. Aujourd’hui, il critique, entre autres, les conséquences négatives de l’utilisation du bouton « J’aime »…

Voir l’article original 316 mots de plus

Publicités