Une petite perle

Mots-clefs

, , ,

Lorsque les nutritionnistes au service de Mars, Masterfoods Effem Waltham:
Les professeurs et les Proffessoresses Christine Iben , Ellen Kienzle, Helmut Meyer et Jürgen Zentek volent aux frais généreux de l’entreprise à travers le monde, le vétérinaire habituel, au moyen d’une carte Gold au volant d’un cabriolet de sport en  location peu se permettre de passer le week-end à Vienne à Paris ou Milan il ne devrait pas être trop difficile à ces navets habillés en blouses blanches à fourguer à l’homme, Femme…et au  chien des produits diététiques au taux quotidien de € 16.89
Source: http://www.katzen-links.de/katzenforum2

Pour comprendre cette perle:

Prof. Ellen Kienzle est une personne connue très présents dans différents médias et naturellement très appréciées par Mars/Masterfood.
.et Waltham qui appartient à Mars. Elle enseigne à l’Université de Munich.

Prof. Jürgen Zentek qui est très connu et qui participait à la formation des vétérinaires concernant l’alimentation, à l’université de Vienne, dispose maintenant d’une chair de professorat généreusement financé…par Eukanuba.

A coup sur les futurs vétérinaires vont avoir l’enseignement qui correspond aux voeux de ce si aimable donateur avec son esprit de mécène

 

Vous avez des questions ? N’hésitez pas de les poser sur le forum  de www.b-a-r-f.com

Publicités

La malbouffe expliquée à mon chien

Mots-clefs

, , , ,

La malbouffe expliquée à mon chien

Rédigé par: Édouard Nébias le Samedi 27 Mars 2010
publié sur le site de de l’hebdomadaire Marianne
http://www.marianne2.fr/La-malbouffe-expliquee-a-mon-chien_a191510.html

Nos amis à poil, gavés de croquettes et autres friandises industrielles, souffrent eux aussi de troubles pathologiques liés à leur alimentation. Un mode de nutrition de plus en plus critiqué, au grand dam des majors de la grande distribution.

Ton alimentation sera ta meilleure médecine. Cette citation d’Hippocrate, la Facco, la chambre syndicale des fabricants d’aliments pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers, l’a fait sienne. C’est dire le degré d’exigence affiché par cette industrie qui propose pour les chiens et chats (environ 17 millions en France, sans parler des furets) un aliment paré de toutes les vertus nutritives et préventives en matière de santé animale : la croquette.

Depuis les années 60, qui ont vu l’essor des aliments secs sur le marché, l’industrie a multiplié les segments spécialisés afin de répondre aux besoins nutritifs de l’animal. Est développé aussi un marketing agressif : espèce, race, activité, taille, âge, condition physique, pathologie… réclament chacun leur aliment. Des gammes de croquettes sont même exclusivement réservées par les grandes marques à la distribution vétérinaire, leur donnant la fonction de véritables alicaments. De quoi mettre le consommateur en confiance, d’autant qu’en termes d’utilisation on n’a jamais fait plus pratique : ouvrir le sac, verser, prévoir de l’eau propre et fraîche, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire le repas de l’animal est prêt à être ingurgité.

Le marché, en France, est florissant. Il est évalué à 2,5 milliards d’euros. Pas étonnant qu’on y retrouve des mastodontes comme Colgate, avec Hill’s, ou encore Procter & Gamble, avec Eukanuba et Iams. Et, bien sûr, des poids lourds de l’agroalimentaire. Nestlé possède entre autres Purina One, Pro Plan, Friskies, Felix. Mars Incorporated détient notamment Royal Canin, Canigou, Ronron, Frolic, Whiskas et Pedigree.

 

Céréales ou viande crue ?

Pourtant, la croquette est loin de faire l’unanimité. Sur le Web, l’un des sites critiques les plus complets est sans doute www.b-a-r-f.com animé par le Suisse Pieter Wenk. Depuis le décès prématuré de son chien, dû, selon lui, à l’alimentation industrielle, il compile une importante documentation mettant en cause les croquettes. Le nom Barf, en lui-même, n’est pas neutre. Ce sigle anglais, qui signifie biologically appropried raw food ( » nourriture crue appropriée sur le plan biologique « ), ou encore bones and raw food ( » os et nourriture crue « ), rassemble des partisans de régimes alimentaires d’origine australienne lancés à la fin des années 70. Apparemment de bon sens, ces régimes cherchent à respecter la nature des carnivores qui à l’état naturel ne consomment que de la viande crue, ce qui éviterait, selon leurs thèses, un certain nombre de problèmes de santé, comme le dépôt de tartre sur les dents et ses conséquences sanitaires parfois graves. Or, précisément, dans les croquettes, non seulement les aliments sont cuits pour éliminer les agents pathogènes, mais on y trouve aussi des produits végétaux,  en quantité astronomique, précise le Dr Gérard Lippert, vétérinaire à Bruxelles. Jusqu’à 60 % de céréales ! Le chien n’est pas capable de les digérer correctement. Avec l’eau qu’il doit obligatoirement boire pour accompagner ses croquettes, son estomac travaille comme une bétonneuse .

Dans sa carrière, le Dr Jean-Louis Thillier, spécialiste de la physiopathologie humaine, a utilisé le chien pour modéliser ses recherches sur l’homme. Ses analyses vont dans le même sens que celles du Dr Lippert :

Chez les canidés, il y a une recrudescence de décès par torsion d’estomac depuis 1999. En vingt ans, l’espérance de vie de certaines races de grands chiens est passée de dix à cinq ans. Cette évolution est parallèle à la courbe de croissance de la consommation de croquettes.

Simple coïncidence ? Le pionnier du Barf, le Dr Ian Billinghurst, explique avoir remarqué l’émergence de pathologies au moment où la nourriture industrielle est apparue en Australie.

En France, même constat pour le Dr Hervé Jeanbourquin, l’un des rares vétérinaires à oser publiquement questionner l’alimentation industrielle :

En trente ans d’activité professionnelle, j’ai vu apparaître chez le chat et le chien des pathologies qu’on ne voyait pas avant, ou alors pas à de telles fréquences, comme le diabète ou encore le cancer. Empiriquement, nous avons cherché des causes possibles et nous avons obtenu des résultats en modifiant l’alimentation.

Au pays de Jacques Brel, Gérard Lippert s’est posé les mêmes questions :  » De 2001 à 2003, j’ai mené une étude sur 600 décès de chiens. J’en suis arrivé à la conclusion, qui m’a valu d’être convoqué devant le Conseil de l’ordre, que les chiens nourris industriellement ont en moyenne trois ans d’espérance de vie en moins, tous sexes, tailles et races confondus. «  Une étude dont il a tiré un livre, la Malbouffe ou la vie (éd. Résurgence).  » Faites le calcul de ce que vous coûte la nourriture industrielle d’un animal par jour. A ce prix-là, qui inclut les marges des fabricants et des distributeurs, ne vous attendez pas à de la qualité.

Or, il est plus économique d’investir dans l’alimentation si en échange on évite des maladies et des visites fréquentes chez le vétérinaire « , explique le Dr Jeanbourquin.

Sylvio Faurez, ancien président du Syndicat de défense des éleveurs de chiens et de chats d’origine (Sdecco), lui donne raison :

Depuis que nous somme passés à un régime à base de viande hachée crue, nous avons diminué les frais vétérinaires de notre élevage.

Des convergences troublantes. En tout cas, pour la chaire d’alimentation de l’Ecole nationale vétérinaire de Maisons-Alfort, les mises en accusation des croquettes sont abracadabrantes.  » Les torsions d’estomac se produisent uniquement chez les chiens de grande taille à la suite d’un gros repas croquettes ou autre, suivi immédiatement d’une activité physique « , explique le Pr Bernard-Marie Paragon. Avec la croquette, si l’animal ne boit pas, il faut six heures pour digérer. Deux heures s’il est hydraté. Quant aux cancers et autres pathologies en augmentation, les causes sont à chercher du côté de la pollution et de notre environnement, qui s’est considérablement modifié.  » Pour ce spécialiste universitaire de la nutrition, la croquette est hors de cause. Elle serait même un aliment complet qui couvre tous les besoins nutritionnels de l’animal, pratique et pas cher – même si le haut de gamme tutoie les prix de l’alimentation humaine. Selon le nutritionniste animal, les progrès de la connaissance médicale sont immédiatement intégrés aux formulations. Pourquoi pas donc, mais avec certaines réserves : un chat qui mange ses croquettes sans boire risque de développer des calculs urinaires. Seuls environ 2 % des animaux ne tolèrent pas les aliments industriels. Ce n’est pas un défaut de l’aliment, mais plutôt un défaut de l’animal.

Pour eux, il faudra rechercher d’autres modes alimentaires. Sans faire n’importe quoi.  » Le chat est resté un prédateur, rappelle le professeur. Pas le chien, qui dépend totalement de l’homme pour se nourrir et qui s’est habitué aux restes de la cuisine humaine. A cet égard, la mode du cru relève du fantasme et n’est pas sans danger : un poulet entier cru d’origine douteuse, porteur de salmonelles, peut être fatal au chien et éventuellement intoxiquer toute la famille.  » Reste donc à faire cuire le poulet…

De son côté, la Facco a beau jeu d’affirmer que, contrairement aux  » légendes  » et  » idées reçues « , elle n’utilise pas de déchets dans l’alimentation animale

En Allemagne, Hans-Ulrich Grimm, ancien journaliste du Spiegel, s’intéresse depuis plusieurs années à l’industrie agroalimentaire. Publiée en 2009, son enquête sur l’alimentation animale, Katzen würden Mäuse kaufen ( » Les chats achèteraient des souris « , non traduite en français), a bien failli ne jamais voir le jour.

L’industrie a voulu faire interdire mon livre. J’y révélais que, contrairement à ses allégations, elle utilise bien des déchets pour sa production.  » Ces déchets sont des éléments de la chaîne alimentaire industrielle considérés comme impropres à la consommation humaine, sans être pour autant nécessairement dangereux. En fait, il s’agit, pour l’industrie, de valoriser ces matières, qui autrement seraient détruites. Mais imaginez la tête d’un propriétaire découvrant que ce qu’il promet à son compagnon est fabriqué à partir de déchets ? Alors motus sur leur utilisation !

 

Des contrôles inexistants

Seules des études approfondies menées sur la composition des croquettes pourraient ramener de la sérénité dans ce débat. Or elles n’existent pas.  » J’ai été frappé par l’absence de critiques scientifiques sur la nourriture industrielle animale alors que l’alimentation industrielle humaine fait, elle, l’objet d’importants débats en matière de santé « , confie Hans Grimm.

Justement, que penser de tous ces additifs incorporés aux croquettes ?

Pour beaucoup de consommateurs, le mot additif a une connotation péjorative à l’inverse de naturelle. Ces additifs, dont la liste autorisée est strictement définie, ont en réalité des rôles majeurs , peut-on lire sur le site de la Facco, qui n’a pas donné suite à notre demande d’entretien. Ce serait des compléments de formule, comme des minéraux, des oligoéléments, des conservateurs de nutriments fragiles… Additif ne signifie donc pas artificiel, il s’agit d’un plus apporté à la sécurité alimentaire des animaux domestiques , explique l’industrie. Bien sûr que beaucoup de ces additifs sont chimiques : la liste de la Commission européenne fait 200 pages !  rectifie Hans Grimm.

Mais il n’y a pas que ça : la réglementation européenne n’impose pas l’étiquetage de la liste complète des additifs incorporés aux croquettes.

Pour la connaître, le consommateur peut toutefois en faire la demande auprès du responsable de l’étiquetage, apprend-on du côté de la répression des fraudes, la DGCCRF. Sans commentaire !

D’autant que, à en croire les fabricants, les croquettes respecteraient les standards de l’alimentation humaine.

En manger serait une expérience journalistiquement intéressante. Je vous encourage à la tenter, car personnellement je ne le ferais pas , lance malicieusement le journaliste allemand. Malheureusement, à Marianne, nous n’avons pas trouvé de volontaire pour rejouer Super Size Me version croquettes.

Est-ce que le consommateur est pour autant à l’abri des fraudes ? En 2007, aux Etats-Unis, les industriels de l’aliment pour animaux se sont retrouvés face à une crise majeure : des céréales importées de Chine se comportaient comme de la mélamine, une substance chimique dopant artificiellement le taux de protéines. Un violent poison aussi, occasionnant la mort probable de plusieurs milliers d’animaux domestiques. A la suite de quoi l’industrie a dû rappeler les lots contaminés et affronter dans la foulée une action de classe au plan judiciaire. Bien sûr, les fabricants se disent avoir été victimes de leurs fournisseurs chinois. Mais ont-ils mené correctement les contrôles à l’importation ? La question reste posée. Car ce n’est pas la première fois que le secteur agroalimentaire se retrouve impliqué dans des scandales, et pas toujours à son corps défendant. Sans parler de certaines pratiques qui donnent la nausée : chenils expérimentaux, vivisection afin de valider l’efficacité des formules alimentaires, tests cruels sur animaux effectués dans d’autres activités de groupe… La plupart des firmes impliquées dans l’alimentation animale sont ainsi montrées du doigt par les associations de défense des animaux Peta et Uncaged, dont certaines, comme Procter & Gamble, sont sur leur liste noire. De quoi provoquer un sérieux malaise et la suspicion chez les consommateurs. Une suspicion qui éclabousse le monde vétérinaire, l’immense majorité des praticiens étant aussi prescripteurs et vendeurs de croquettes, généralement en toute bonne foi. Et pour cause ! Dès leur arrivée à l’université, les étudiants vétérinaires goûtent aux largesses des firmes, aux petits soins pour eux.  » Elles parrainent des événements extrascolaires, fournissent des polycopiés et des livres, nous font bénéficier de promotions sur les croquettes pour nos animaux de compagnie… Evidemment qu’elles nous bichonnent : nous sommes leurs futurs clients « , expliquent deux étudiantes en deuxième année à Maisons-Alfort. Une alliance parfaitement assumée jusque dans les hautes sphères du corps universitaire. A la chaire d’alimentation, le Pr Dominique Grandjean est transparent sur ses liens avec Royal Canin. Son confrère Bernard-Marie Paragon entretient aussi des contacts professionnels avec des producteurs. Des vendus aux marchands de croquettes ?  » Ne me faites pas dire ce que je n’ai jamais dit. Le top du top reste l’alimentation ménagère, à condition de fournir une nourriture parfaitement équilibrée à l’animal.  » Autrement dit, un chien peut bien manger comme ses maîtres et se régaler des restes.  » Seulement cette alimentation est complexe à mettre en place, poursuit-il. Elle prend du temps et elle est plus chère, quoique, avec l’arrivée des hard discounters dans la distribution, ce point soit discutable…?  »

Un nouveau marché

Une position étonnamment plus proche qu’on aurait pu le penser de celle de beaucoup d’opposants aux croquettes. Manifestement, les temps changent. En France, des universitaires n’hésitent pas à recommander le site cuisine-a-crocs.com, qui propose à la vente des rations ménagères élaborées par des vétérinaires nutritionnistes. En Australie, le Dr Billinghurst s’est lancé dans l’industrialisation de rations confectionnées et distribuées dans son pays ainsi qu’à Taïwan :  » Pas de conservateurs chimiques. Les aliments sont surgelés. Et chez nous, pas de prion.  » Apparemment un nouveau marché est en train de naître. A la grande joie du pionnier du Barf, qui se dit philosophiquement heu- reux même si la compétition est rude.  »

Les chiens n’ont pas attendu quinze mille ans pour bien s’alimenter : ils ont toujours partagé la nourriture de l’homme en bons compagnons. Maintenant, quand on voit ce que mange l’homme… « , se désole le Dr Lippert. Son souhait ? Que la recherche de qualité pour nos animaux domestiques permette à l’homme de mieux se prendre en charge et de recommencer à se nourrir correctement.

L’or de l’alimentation animale

51 % des foyers français possèdent un animal (Facco/TNS Sofres).

En France, on compte 7,8 millions de chiens, contre 10,7 millions de chats (Facco/TNS Sofres).

En 2008, 78 % des possesseurs de chiens et 89 % des possesseurs de chats ont acheté au moins une fois des croquettes (Kantar Worldpanel).

Pour les chiens, la dépense moyenne annuelle en nourriture industrielle est de 120 €, contre 126 € pour les chats (Kantar Worldpanel).

Selon IRI France, en 2009, dans les grandes surfaces (environ 60 % de la distribution), il s’est vendu pour 296 000 t de croquettes pour chiens. Une baisse en volume de 1,5 % par rapport à 2008, en raison de la concurrence des circuits spécifiques (animaleries, vétérinaires, etc.). Il reste que le chiffre d’affaires des croquettes canines en hyper et supermarché a été en hausse de 1,4 % sur la même période, avec 438 millions d’euros. Côté chats, il s’est écoulé 149 000 t de croquettes, soit une hausse de 4,4 % par rapport à 2008, avec un chiffre d’affaires de 336 millions d’euros, en hausse de 10,9 %. Médor et Mistigri ne connaissent pas la crise.

Vous avez des questions ? N’hésitez pas de les poser sur le forum

 

L’insulte de macron est voulue…

Mots-clefs

, , , ,

Va-t-il arriver finir son mandat ?

histoireetsociete

Macron insulte les ouvriers très sciemment, il s’adresse aux « diplômés »,  aux gagnants s’il y en a, à une jeunesse qu’il veut égoïste et superficielle, aux couches moyennes haïssant plus pauvre qu’eux, à ceux apeurés qui craignent le désordre,  à la petite bourgeoisie vestimentaire, celle qui n’a que ses habits faussement à la mode pour se distinguer des pauvres, tous ceux chez qui on peut cultiver une conception très réactionnaire de l’avenir, et il leur dit vous vous n’avez rien avoir avec ces brutes incapables. Ces gens là sont des vaincus, des minables, des assistés et vous vous êtes l’avenir. C’est pour cela qu’il cultive l’opposition de Mélenchon, les forts en gueule, les débraillés et il leur parle ce qu’il estime être leur langage pour les renvoyer à ces gens sans éducation, ces « inutiles » qui foutent le bordel. Il veut la scission au sein des couches populaires, il la joue, il…

View original post 575 mots de plus

France : attentat islamiste de Marseille, Collomb s’entête dans le déni et la lâcheté

Mots-clefs

, , , ,

Le dénie de la réalité.
Cela risque hélas de continuer ainsi avec d’autres victimes assassinés
au nom de Dieu.

civilwarineurope

« Cet acte pourrait être de nature terroriste mais à l’heure actuelle nous ne pouvons pas l’affirmer » déclare dimanche Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, qui se refuse à parler d’attentat. (Les deux jeunes femmes ont été égorgées et poignardées aux cris d’Allah Akbar). Qu’avons-nous à attendre d’un gouvernement qui baisse son froc à ce point-là ?

Elles étaient âgées de 17 et 20 ans, elles étaient cousines. Etudiante en deuxième année d’école d’infirmière après deux ans passés en fac de médecine, Laura avait décroché son bac scientifique avec mention en 2014. Elle était à Marseille pour le week-end avec sa cousine, l’autre victime, pour fêter son anniversaire chez des amis, avec quelques jours d’avance. Le 10 octobre prochain, elle aurait eu 21 ans.

En début d’après midi à la gare Saint-Charles de Marseille, l’une a été égorgée et l’autre poignardée dans le dos par un islamiste d’une trentaine d’années…

View original post 433 mots de plus

Alstom : Dupont-Aignan accuse Macron de « haute trahison industrielle »

Mots-clefs

, , , ,

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

J’y reviens encore car l’affaire Alstom est vraiment gravissime. GRAVISSIME. C’est tout un système de manipulation et de haute trahison, au plus haut niveau de l’Etat, qui est mis en évidence par cet énorme (et énième) scandale. OD

« Invité de l’émission L’Épreuve de vérité sur Public Sénat jeudi 28 septembre 2017, Nicolas Dupont-Aignan a envoyé un missile sur la tête du président Macron. Il l’accuse en l’occurrence de trahison nationale dans la gestion du dossier Alstom, ce fleuron de l’industrie française passé en douce sous la coupe allemande. De plus, le président de Debout la France pointe le lien entre l’ancien employeur d’Emmanuel Macron, la banque d’affaires Rothschild, et « le démantèlement de notre industrie ». Le député de l’Essonne en appelle à une commission d’enquête parlementaire. On va voir si la France est une démocratie… »

View original post 594 mots de plus

Macron offre une Porsche Cayenne à 280.000 Français ! Les plus riches, évidemment…

Mots-clefs

, , , , , ,

…et il v encore faire bien d’autres cadeaux similaires.
Amicalement

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Bon, c’est un raccourci un peu rapide. Mais l’image est plutôt parlante… et traduit assez bien l’ineptie de la théorie du ruissellement économique que j’ai déjà évoquée… Quand on pense que le Sapin de Noël en personne a expliqué l’autre jour que le bouclier fiscal de Macron, c’est 4 fois celui de Sarkozy !! Non mais je vous le demande : Qui peut encore croire que le pantin de chez Rothschild a été placé là pour redresser la France ?  OD

Rappel :

Le programme de Macron : des cadeaux aux plus fortunés, payés par les autres

View original post

Le scandale Alstom continue : Le TGV devient allemand

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

« Prise de contrôle d’Alstom par Siemens : les mensonges d’Emmanuel Macron éclatent au grand jour ! » (Nicolas Dupont-Aignan)

« A partir du mardi 26 septembre 2017, l’un des derniers fleurons de l’industrie française ne nous appartiendra plus et les 31 000 salariés d’Alstom seront sous pavillon étranger.

A partir de mardi, le TGV sera allemand.

D’après le journal Le Monde et la direction d’Alstom, une opération financière de chassé-croisé aura lieu à partir de mardi prochain entre Alstom et Siemens.

Au terme de cet invraisemblable manœuvre opérée dans le plus grand secret, comme jadis le pillage des activités énergétiques françaises par l’américain General Electric, Siemens contrôlera de facto le capital d’Alstom avec un part allant de 45 à 50%. Siemens a déjà indiqué qu’il serait majoritaire d’après Reuters.

Lors de la Présidentielle, J’avais été le seul candidat à démontrer que M. Macron avait menti sur toute l’affaire Alstom et en particulier la pérennité d’Alstom…

View original post 562 mots de plus

Les élections allemandes, quels enseignements?

C’est une belle claque pour la CDU/CSU. 🙂 Merkel doit maintenant coaliser avec les Verts et le FDP qui heureusement vient juste de passer la rampe des 5%. AfD est devenu le 3ème partie de la B.R.D. et va certainement pas se gêner de faire une opposition musclée.

L’idole de Macron 1er est sérieusement secoué 🙂

Amicalement

histoireetsociete

Le refus des partis dominant et de leur politique, seuls ou ensemble.

« Au pays joyeux des temps partiels et mini-jobs heureux »comme le dit un ami, les partis traditionnels CDU et SPD ont reçu le salaire de la politique de leur grande coalition : c’est leur pire résultat depuis 1949. Comme quoi le bon côté de la situation c’est que qu’ils soient ensemble, opposés sans que l’on puisse d’ailleurs saisir leurs divergences ou même supposés « dépassés » à la macron, le bon peuple ne veut plus ni de leur fausse alternance, ni de leur politique . Précarité et instabilité, petits boulots et travailleurs jetés comme des kleenex ne font pas bon ménage avec les discours sur l’accueil des immigrés, une générosité factice qui met tout le monde à la rue et prétend à une mise en concurrence des exploités de tous pays pour le seul bénéfice du Capital.

Le modèle allemand n’est…

View original post 682 mots de plus